férir


férir

férir [ ferir ] v. tr. <conjug. : seult inf.>
• 1100; lat. ferire féru
1Vx frapper.
2Loc. SANS COUP FÉRIR : vx sans combattre; mod. sans rencontrer la moindre résistance, sans difficulté. Il s'en sortira sans coup férir.

férir verbe transitif (latin ferire, frapper) Littéraire. Sans coup férir, sans frapper un coup, sans combattre ; sans difficulté. ● férir (difficultés) verbe transitif (latin ferire, frapper) Emploi Ne s'emploie plus qu'à l'infinitif, dans l'expression figée sans coup férir (= sans rencontrer de difficulté), et au participe passé, féru (= pris d'un intérêt passionné pour). Remarque Férir, très fréquent en ancien français, signifiait « frapper ». ● férir (expressions) verbe transitif (latin ferire, frapper) Littéraire. Sans coup férir, sans frapper un coup, sans combattre ; sans difficulté.

férir
v. tr. Seulement dans la loc. litt. sans coup férir: sans difficulté, sans rencontrer de résistance.

⇒FÉRIR, verbe trans.
A.— Vx ou littér. Frapper. Je suis le guerrier qui taille À grands coups d'épée dans la bataille; Son œil est clair et son bras prompt à férir (MORÉAS, Pèlerin pass., 1891, p. 49) :
1. ... il recevait du soleil, par la voix d'un corbeau, l'ordre de le tuer. Il en souffrait, car il l'aimait, ce fauve. Combien Alban comprenait (...) l'expression du jeune dieu — dans le bas-relief de Neueheim, par exemple, — qui détourne la tête à l'instant de férir avec un admirable geste de désespoir!
MONTHERL., Bestiaires, 1926, p. 432.
Emploi pronom. réfl. :
2. Bien que l'avaleuse en eût, la veille, pinté joliment il en avait encore dans les veines, avant de se férir, le chéri, car son poignard (...) enfoncé, d'une main sûre au cœur, avait, à peine échappé d'entre ses doigts défaillants, été repoussé violemment, hors, presque, de la gaîne de chair...
CLADEL, Ompdrailles, 1879, p. 374.
Au fig. César fut si vigoureusement féru par la beauté de Constance qu'il entra furieusement au Petit-Matelot pour y acheter six chemises de toile (BALZAC, C. Birotteau, 1837, p. 39) :
3. Les deux adversaires se regardèrent une seconde. Ils souriaient froidement. Je fis dévier l'entretien en me jetant à la traverse. L'idée que Schleiter pouvait férir Joseph et l'atteindre aux points sensibles m'indisposait assez vite.
DUHAMEL, Terre promise, 1934, p. 124.
Loc. adv. Sans coup férir. Sans avoir à frapper, à combattre; sans rencontrer de résistance. Partout il était entré sans coup férir. La garde bourgeoise s'était rangée devant lui. L'armée, à cette vue, avait rendu ses armes (VIGNY, Mém. inéd., 1863, p. 149) :
4. ... les Anglais attaquaient l'armée germano-turque qui se retirait en désordre. Ils entraient à Jérusalem, délivraient sans coup férir toute la Palestine.
THARAUD, An prochain, 1924, p. 272.
Au fig. Sans résistance, sans difficulté. Mais ton cœur, qui dément tes formes intrépides, cède sans coup férir aux rudesses du sort (VIGNY, Destinées, 1863, p. 51). Ces dispositions légales ont permis aux résistants authentiques (...) de s'emparer sans coup férir de la totalité des journaux (COSTON, A.B.C. journ., 1952, p. 69).
B.— Emploi pronom. réfl., rare. [Correspond à féru II B p. ext.] Se férir de qqn ou de qqc. Se prendre d'un grand intérêt pour quelqu'un ou quelque chose. Et tu m'assures qu'il [cet homme] est médecin? — Quand je vous dis que la châtelaine s'est férue d'un potard! (ESTAUNIÉ, Vie secrète, 1908, p. 216) :
5. Le jeune homme lui plaisait, personnellement. Enfin il le voulait pour gendre, parce que, depuis longtemps, il s'était féru de cette idée, qui ne faisait que s'accroître.
FLAUB., Éduc. sent., t. 2, 1869, p. 54.
Rem. Férir ne s'emploie guère que dans la loc. fig. sans coup férir à l'inf. ou sous la forme du part. passé féru.
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. a) 2e moitié Xe s. « frapper » (Vie de Saint Léger, éd. J. Linskill, 232 : lai s'aprosmat que lui firid); b) 1er quart du XIIIe s. sans cop ferir (Lancelot, éd. H. O. Sommer, II, p. 356); [ms. du XIVe s. (BENOIT DE SAINTE-MAURE, Troie, V, 157 ds LA CURNE)]; c) 1597 art vétér. nerf féru (Ch. ESTIENNE, J. LIÉBAULT, L'Agric. et maison rustique, p. 173 ds FEW t. 7, p. 101b, s.v. nervus); 2. a) fin XIIe s. fig. « frapper au cœur, rendre amoureux » (CHASTELAIN DE COUCI, Chansons, éd. A. Lerond, VII, 28 : ferir u cuer); apr. 1433 féru part. passé « épris » (J. RÉGNIER, Fortunes et adversités, éd. E. Droz, p. 91, 2523); b) 1651 « passionné pour quelque chose » (SCARRON, Roman comique, 1re part., chap. 13, Paris, Bastien, 1786, p. 71). Du lat. class. ferire « frapper ». Bbg. BASTIN (J.). Rem. sur l'emploi de qq. verbes. R. Philol. fr. 1915/16, t. 29, p. 244.

férir [feʀiʀ] v. tr.
ÉTYM. 1080; lat. ferire.
1 Vx. Battre, frapper. || Férir la quintaine.
2 Loc. Sans coup férir. a Vx. Sans combattre.
b Mod. Sans rencontrer la moindre résistance, sans difficulté (→ Capituler, cit. 6).
——————
féru, ue p. p.
Blessé. V. à l'ordre alphabétique.
DÉR. Féru.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • férir — férir …   Dictionnaire des rimes

  • ferir — ferir( se) com ferir( se) com a faca; ferir com os dedos as cordas da harpa. ferir( se) em feriu o na cara; feriu se na mão; feriu se no arame …   Dicionario dos verbos portugueses

  • ferir — FERIR. v. a. Frapper. Vieux mot qui n est plus en usage qu en cette phrase, Sans coup ferir, pour dire, Sans tirer l espée, sans donner un coup d espée, Sans rien faire, sans rien hazarder. On a remporté la victoire sans coup ferir. il en est… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • ferir — 1 (ant.) tr. Herir. 2 (ant.) Aferir. * * * ferir. tr. ant. herir. || 2. ant. aferir …   Enciclopedia Universal

  • ferir — v. tr. 1. Dar golpe ou golpes em; fazer ferida em. 2. Travar (combate). 3. Fazer soar. = TANGER, TOCAR 4. Ofender. 5. Impressionar. 6. Causar sensação a. 7. Punir. 8. Articular. 9. Pronunciar. 10. Prejudicar. 11. Dar de cheio em. 12. Agitar. • v …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • ferir — Ferir, Ferire, Icere, Appetere. Ferir d un dard, Iaculari. Feru, Percussus, Ictus, Appetitus …   Thresor de la langue françoyse

  • ferir — 1. tr. 1. ant. herir. 2. ant. aferir …   Diccionario de la lengua española

  • férir — (fé rir) v. a. Frapper. Terme vieilli usité seulement dans cette locution : Sans coup férir, sans en venir aux mains. •   Ainsi sans coup férir je sors de la bataille, RÉGNIER Sat. x..    Fig. et familièrement, sans coup férir, sans difficulté,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • FÉRIR — v. a. Frapper. Vieux mot qui n est plus usité que dans cette phrase : Sans coup férir, Sans se battre, sans en venir aux mains ; ou, figurément et familièrement, Sans éprouver de résistance. On prit la ville sans coup férir. Il en est venu à bout …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • FÉRIR — v. tr. Frapper. Ce verbe n’est plus usité qu’à l’infinitif et au participe passé dans quelques locutions. Sans coup férir. Voyez COUP. Le participe passé FÉRU, UE, s’emploie comme adjectif et signifie Qui est blessé, frappé de quelque chose. En… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.